Les ocres et la limonite de l'Artiste Peintre et le livre sur les pigments de l'artiste du XXIe siècle

LES OCRES
ET LES MINERAIS DE FER

LES OCRES

LES OCRES JAUNES ET LA LIMONITE

Les Ocres jaunes et la Limonite Peroxyde de fer hydraté : 2Fe2 O3.3H2O
Colour Index : PY 43 77492 pour l'ocre naturelle et Pigment Yellow PY 42 77492 pour l'oxyde de fer synthétique C.f oxydes synthétiques
Densité 4,30
Dureté 5,20
Prise d'huile : 30 à 35 %
Indice de réfraction : 2.0 à 2.2 suivant les échantillons. Ce sont des Pigments très siccatifs.
Les ocres jaunes sont des argiles naturelles en tant que roches, constituées par des hydroxydes ferriques, principalement tirés des roches de types :
limonite, goethite et lépidocrocite.
La limonite est de la rouille à l'état naturel.
Son nom vient du latin "limus" : boue, vase.
Elle se forme très fréquemment un peu partout, surtout par oxydation d'autres minerais de fer auxquels elle donne superficiellement sa teinte.
Ses variétés terreuses et poudreuses s'appellent ocres ou terre.
La limonite contient souvent des impuretés de silice colloïdale, d'argile et d'oxydes de manganèse.
Les variétés compactes et morcelées à l'éclat poisseux s'appellent "stilpnosidérites" du grec : stilpnos : brillant et de sideros : fer.
On distingue "l'hématite" de la "limonite" avec laquelle elle se présente souvent dans la nature par la teinte de la poudre.
Les plus importants gisements de limonite se trouvent en Suède et en Finlande où on l'appelle " fer des marais " ou " fer des lacs " parce qu'elle se forme au fond de certains lacs sous l'action de micro-organismes.
J'ai rapporté d'un voyage en Italie de la très belle limonite.dont voici les photos ci-dessous
La limonite contient de 48 à 63 % de fer pur. Les meilleures ocres naturelles contemporaines contiennent seulement 25 % d'oxyde de fer pur.
Si vous voulez utiliser des pigments très riches en oxydes de fer, alors la limonite est de premier choix.
Les ocres sont des roches et non des minéraux tout comme le lapis lazuli.
Elles sont connues depuis la préhistoire; on les traite en séparant les impuretés grossières par lévigation dans l'eau. Les parties fines sont ensuite filtrées et séchées. On obtient jusqu'à 4 nuances par lévigation.
En Bourgogne au sud et au nord du fleuve de la Loire, de nombreuses mines produisaient une ocre locale très réputée dans le monde, mais celle-ci d'extraction souterraine laborieuse n'existe plus, il reste malgré tout une mine en activité actuellement et il est possible de s'y procurer de l'ocre de Bourgogne.
Actuellement c'est à Roussillon en France dans le Vaucluse que l'ocre est la plus exploitée.
Les ocres possèdent des nuances à l'infini et ont une résistance physique aux agressions externes incomparables (résistance à l'abrasion), ainsi qu'une tenue dans le temps et à la lumière extraordinaire, pourvu qu'elles soient utilisées avec un liant durable.

LA LIMONITE

L'OCRE ROUGE

L'OCRE ROUGE NATURELLE
ET SYNTHÉTIQUE

Colour Index : Pigment Red PR 102 77491
Elle est constituée par de l'oxyde fer : FE2O3
L'ocre rouge est soit naturelle comme l'hématite ou la sanguine, ou est obtenue en chauffant de l'ocre jaune entre 200 et 300°C.
La nuance dépend, de la température de cuisson et de la composition en minerai de fer.
Il existe des ocres rouges et des ocres jaunes synthétiques :
oxyde de fer rouge, dénommé aussi rouge de mars, très colorant, mais moins résistant à l'usure que les ocres naturelles.
Prise d'huile de 15 à 30 %
Indice de réfraction : 2.70 à 2.95

L'OCRE ROUGE

LE SANITOBRE

LE SANITOBRE

Le Sanitobre est un genre d'ocre, ressemblant à la limonite par sa teinte et sa composition ferreuse.
Elle a les mêmes propriétés que l'ocre.
C'était un terme utilisé au 16e siècle pour désigner une ocre foncée ferreuse.
Indice de réfraction : 2.0 à 2.2
Prise d'huile : 44 %


LES OXYDES DE FER SYNTHÉTIQUES

LES OXYDES DE FER SYNTHÉTIQUES

Oxyde rouge synthétique PR 101 : Fe2O3 xH2O
Oxyde Jaune synthétique PY 42 : FeO xH2O
Oxyde Brun synth. PBr 6 : Fe2O3xFeO yH2O
Brun Rouge spinelle PBr 11 77495 : MgO Fe2O3
Noir de mars PBk 11 : Fe3O4
La confection des oxydes de fer synthétique est effectuée suivant 3 méthodes distinctes, en utilisant des matières premières telles que de la ferraille ou des sous-produits de décapage de l'acier ou de la production de liqueurs de dioxyde de titane TiO2.
À l'état solide
Ce processus implique la calcination d'oxydes de fer, de sulfates et de chlorures dans une atmosphère oxydante pour donner des rouges, des bruns et des noirs.
Précipitation et hydrolyse
Les solutions de sels de fer sont mélangées avec de l'alcali et sont ensuite cuites à l'air à des températures supérieures à 90°C, ce qui provoque la précipitation du pigment souhaité. Cette méthode est utilisée pour produire des jaunes, des orange, des rouges et des noirs.
Le Processus de Laux
Représente la conversion de la réaction de Bechamp bien connue à une échelle industrielle pour la réduction du fer de nitrobenzène en aniline, ce qui produit de l'oxyde de fer comme résidu. L'incorporation de fer ou de chlorures d'aluminium dans le processus de réduction produit des pigments d'oxyde de fer jaune et rouge de hautes qualités.


Astuces - Tips
Profitez de ce formulaire pour poser vos questions techniques ou tout autre question sur la peinture. Détaillé le plus possible afin d'obtenir une réponse la plus précise qui soit. Je vous répondrais le plus vite possible.
Take advantage of this form to ask technical questions or other questions about painting. Detailed as possible to get the most accurate response possible.